Bordeaux est la ville de province qui concentre la plus forte densité de restaurants par habitants. Cela n’empêche pas la création de nouveaux établissements, avec parfois un concept différent, comme celui de La Boca Foodcourt. J’ai lu de nombreux articles à propos du projet de ce foodcourt et de son ouverture mais quasiment aucun billet écrit par des personnes ayant réellement testé l’endroit depuis son inauguration le 13 décembre dernier. Par curiosité, j’ai voulu moi-même découvrir ce nouveau lieu bordelais dont on parlait. Je m’y suis donc rendue il y a quelques jours et vous livre mes impressions.

1 330 m2 dédiés à la convivialité autour d’une bonne assiette ou d’un verre

A mon arrivée, le lieu m’a immédiatement fait penser à Food Hallen à Amsterdam et Time Out à Lisbonne que j’avais adorés. Et c’est bien ce dernier qui a inspiré La Boca Foodcourt créé par le restaurateur bordelais François Bidou. (Un nom comme çà, cela ne s’invente pas quand on est chargé de remplir des dizaines d’estomacs gargouillant d’impatience ! Monsieur Bidou ne m’en voudra pas je l’espère de ce clin d’oeil).

Avec pour concepteur, un restaurateur-voyageur, dont l’un des fils vit en Asie, La Boca Foodcourt ne pouvait être autrement. C’est donc sur 1 330 m2 que le plus grand foodcourt de France (parait-il) propose un voyage culinaire avec des saveurs internationales pour régaler nos papilles.

Le concept du foodcourt

Le foodcourt est un concept anglosaxon qui est également très répandu en Asie. Chaque restaurateur dispose de son propre comptoir (« corners » comme on dit pour faire plus tendance !). Ils sont regroupés dans un seul et même bâtiment avec une grande salle de restauration commune. Le client peut ainsi se constituer un repas en commandant des plats auprès des différents restaurateurs et les déguster en toute convivialité. En général le service est continu. Vous qui êtes certainement aussi des voyageurs avez forcément déjà mangé dans un foodcourt.

Manger, boire, rire… tout un programme !

En plus de « manger, boire et rire » (c’est la devise de La Boca Foodcourt), une programmation est prévue tout au long de l’année pour faire vivre le lieu : ateliers cocktails, dégustations, soirées à thème, démonstrations de cuisine, rencontres…

La Boca fait renaître les anciens abattoirs

Comme le hollandais Food Hallen, ancienne gare de tramways et le portugais Time Out, le plus ancien marché couvert de Lisbonne, La Boca Foodcourt s’est aussi installé dans un site patrimonial réhabilité.

Sur le quai de Paludate, à deux pas de la gare St Jean, le nouveau district Euratlantique poursuit son expansion. C’est dans ce quartier des affaires en pleine mutation que le site des anciens abattoirs a été rénové. Il accueille une halle alimentaire, plusieurs restaurants et le foodcourt, regroupés sous le nom de « La Boca » ; mais aussi des bureaux et salles de séminaires, un hôtel de luxe Hilton et une crèche d’entreprise. Plutôt chouette pour les Bordelais qui bossent dans le secteur !

Le nom de La Boca a été choisi pour la partie restauration de ce nouveau complexe. Outre le fait que la boca signifie « bouche » en espagnol, c’est aussi le nom d’un quartier populaire, coloré et animé, situé en bord de fleuve à Buenos Aires. A Bordeaux, La Boca surplombe la Garonne et se veut aussi être un lieu trépident et apprécié.

Le marché des abattoirs dans les années 1930 ©Sud Ouest

Il y a un peu plus de 20 ans, lorsque je me garais sur le parking des abattoirs désaffectés pour sortir en boite « sur les quais », je n’aurais jamais imaginé une telle métamorphose des lieux. A l’image du Meatpacking District de New York, le quartier des abattoirs a su se réinventer pour devenir un lieu à la mode. Le foodcourt bordelais est situé dans une partie de l’ancienne halle aux bestiaux datant de 1938. On devine d’ailleurs encore les enseignes lumineuses annonçant le cours de la viande, visibles à l’extérieur du bâtiment : « boeufs, vaches, taureaux ». A l’intérieur, la décoration fait heureusement totalement oublier qu’on est dans un ancien abattoir.

L’extérieur du bâtiment avec les anciens cours de la viande

Une décoration naturelle et épurée

Ce que l’on remarque en premier en pénétrant dans La Boca Foodcourt c’est l’espace. Le plafond de la halle est haut, les tables sont espacées les unes des autres, on circule facilement et c’est agréable.

Enseignes des comptoirs et grandes tablées en bois pour une décoration naturelle

Ici, le bois à la part belle. Il y a d’abord les enseignes des comptoirs de restauration présentées sur de grandes planches en 3 langues (français, anglais et espagnol). La ligne du mobilier en bois est épurée. De grandes tables à partager, majoritairement hautes, avec de lourds tabourets sont disposés dans l’immense halle. Il y a également quelques tables basses pour les familles et les personnes à mobilité réduite. Au total, ce sont 350 places qui sont proposées. Perso, comme je suis venue avec mon fils en poussette, j’ai opté pour les tables basses. Et comme dans les bars espagnols, les tables sont dotées de crochets pour suspendre les sacs à main et çà, j’adore !

Préférez-vous les tables hautes ou les tables basses ?

Je ne sais pas si ce concept de grandes tablées communes plaira à tout le monde car les Français ne sont pas habitués à partager leur table et ont plutôt l’habitude de manger chacun de leur côté, sans parler à leurs voisins. Espérons que La Boca Foodcourt permettra de rompre avec cette habitude.

L’arbre géant sculpté par J.F. Buisson, créateur des Vivres de l’Art, le pôle culturel transdisciplinaire à Bordeaux

Côté déco, le centre de la halle est habillé d’un arbre métallique géant. Cette sculpture a été dessinée par un artiste local, Jean-François Buisson.

Au dessus du mur à bières trône également un cadre végétalisé.

Enfin, une fresque colorée façon street art, réalisée par des artistes bordelais, est également disposée au dessus de tables hautes, le long du mur où l’on peut brancher son ordinateur et travailler. Cette toile est amenée à être vendue au profit d’oeuvres caritatives et sera remplacée par une autre création artistique.

Sous cette fresque colorée on peut recharger les batteries !

Qu’est ce qu’on mange à La Boca foodcourt ?

Aujourd’hui 12 comptoirs de restauration sont ouverts dont un éphémère qui changera régulièrement. D’ici quelques semaines deux autres corners s’ajouteront.

Tous les restaurateurs présents sont des indépendants proposant une cuisine faite maison, à base de produits frais et de saison. Certains d’entre eux proposent une cuisine innovante.

Dans les comptoirs, les cuisines sont ouvertes et le client peut donc voir son plat en cours de préparation. Sinon, il peut se rendre à la table de son choix et attendre que sa commande soit prête. Comme chez Time Out à Lisbonne, un buzzer lui est remis et se met à vibrer et clignoter quand son plat est prêt !

En attendant que ma commande soit prête et que mon buzzer clignote…

Côté saveurs, on à l’embarras du choix et l’on peut voyager d’un coin du monde à l’autre lors d’un même repas :

  • Cuisine d’Asie : chirashi bar ; comptoir à sushis ; cuisine fusion et plats d’influence asiatique ; et bientôt un comptoir qui proposera de la cuisine vietnamienne.
  • Spécialités européennes : pizzas italiennes ; cuisine corse ; bar à tapas et pintxos basques-espagnols ; rôtisserie spécialisée en poulet ; poissonnerie proposant des plats simples ou plus élaborés à base de homard ou fruits de mer ; bar à vins et fromages ; sans oublier des spécialités bordelaises et des plats français traditionnels dont un comptoir bistronomique.
  • Cuisine des Amériques : steakhouse avec burgers et bar à viandes ; café californien proposant jus de fruits et légumes, tacos, nachos, quesadillas, produits bio, vegan et sans gluten ; pancakerie offrant des pancakes salés et sucrés (il s’agit du corner éphémère).
Bon appétit !

Avec toutes ces propositions gustatives, j’ai eu du mal à me décider. J’ai finalement opté pour un chirashi à base de saumon, une soupe miso commandés chez Sora et d’un gâteau vegan à la noix de coco et au citron vert façon cheesecake, acheté chez Drugstore.

A noter que le débarrassage et le nettoyage des tables sont assurés par une équipe dédiée qui passe régulièrement. Donc vous n’avez même pas besoin de rapporter votre plateau et votre vaisselle sale au comptoir.

Quelques ingrédients de savoureux cocktails

Concernant les boissons, le bar central et ses barmens expérimentés proposent d’excellents cocktails. A l’autre bout de la salle, de l’eau est à disposition gratuitement et un mur à bières est en libre service avec un large choix : 8 tireuses sont disponibles. Bon à savoir, même si le tarif de la bière est affiché au verre, il est possible de ne verser que quelques centilitres afin de goûter la pression de son choix et de payer en fonction de la quantité versée.

Pressez, scannez, buvez !

Et côté prix, ça donne quoi ?

Même si La Boca Foodcourt est positionné milieu-haut de gamme, il y en a pour toutes les bourses. Par exemple, le burger est à partir de 9,90€, le Bo Bun ou le plat du jour du comptoir bistronomique est à 12€, le falafel à 8€ et le chirashi à 14€.

Et concernant le paiement, La Boca Foodcourt a également innové. A l’image de ce qui se pratique dans certains festivals, l’argent ne circule pas à l’intérieur du foodcourt.

carte La Boca Foodcourt - blog Bar à Voyages
Une carte format carte de crédit à glisser dans votre portefeuille pour régler vos commandes à La Boca

Pour régler votre repas, il faut soit télécharger l’application sur laquelle on crédite un montant pour payer à chaque commande, soit opter pour une carte prépayée et rechargeable aux 2 bornes situées de part et d’autre de la salle (la carte est valable 1 an). Une hôtesse est présente aux bornes pour vous aider à obtenir votre carte en moins d’une minute. Les restaurateurs n’ont plus qu’à scanner votre carte pour régler la commande. Un gain de temps qui leur permet de mieux accueillir et renseigner les clients.

Borne pour éditer et créditer sa carte de paiement

Ce que j’ai aimé et moins aimé

Bien évidemment comme dans toutes les villes, et particulièrement à Bordeaux, le stationnement pour se rendre à La Boca est un point noir.

Je n’ai pas non plus aimé le fait de sentir la grillade en quittant les lieux. Avec une telle hauteur sous plafond et bien que les cuisines soient ouvertes, on imagine que le système de ventilation est plus performant.

Service non-stop à La Boca Foodcourt

En revanche, j’ai trouvé que les lieux étaient propres et j’apprécie le fait que le foodcourt soit ouvert 7j/7 avec un service en continu. Car même à Bordeaux, il n’est pas toujours facile de déjeuner à des heures décalées, encore plus le week-end. J’ai aussi aimé la facilité de circuler avec une poussette, et que le foodcourt devienne prochainement baby friendly en ajoutant bientôt des tables à langer et des chaises hautes.

Enfin, ce que j’ai apprécié, c’est un personnel très agréable, souriant, accueillant et qui prend le temps avec les clients. J’ai aussi eu la chance de rencontrer la chargée de communication des lieux, une jeune femme fort sympathique qui m’a présenté avec enthousiasme La Boca Foodcourt. Merci Marie-Audrey pour l’accueil et toutes ces informations !

Vous souhaitez continuer à découvrir Bordeaux, ses bonnes adresses et ses incontournables ? Lisez aussi :

  1. Claire

    Hi hi oui Theodora, c’est pas top la mauvaise ventilation ! Espérons qu’ils s’améliorent de ce côté là. Tu me diras ce que tu penses des lieux quand tu auras tester. Je pense y retourner bientôt pour tester d’autres comptoirs (et voir si les chaises hautes pour bébé sont arrivées 😉 ) A bientôt

  2. Avatar
    Lili LaRochelle à Bordeaux says:

    Hello ! Il faut absolument que j’aille découvrir ce lieux par contre sentir la saucisse grillée toute la journée ensuite ça me dit moyen… Mention + pour le mur à bière !
    A très vite,
    Theodora

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.