Connaissez-vous le massage sonore ? C’est la spécialité de Guillaume Gonin. Sans même vous toucher, ce magicien des sons est capable de masser toutes les cellules de votre corps, à la simple vibration de ses bols chantants tibétains. Après avoir testé l’expérience lors d’une séance de relaxation, j’ai voulu interviewer ce musicien de formation qui a passé plusieurs années à parcourir le monde en quête de spiritualité. Rencontre avec ce jeune homme inspirant, qui nous propose un voyage un peu spécial : une véritable leçon de méditation et de lâcher prise. Good vibes only !

1. Bonjour Guillaume, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai bientôt 30 ans et je suis masseur sonore à Angoulême. Je suis tombé amoureux de la batterie à 12 ans. La musique rapidement pris beaucoup de place dans ma vie. J’en ai donc fait mon métier à Lyon où j’étais musicien et enseignais la musique.

Guillaume Gonin et les bols chantants tibétains

Guillaume Gonin et les bols chantants tibétains

J’ai passé mon adolescence et ma vie de très jeune adulte avec la croyance forte que réaliser ce rêve m’ouvrirait les portes du bonheur et de la satisfaction. La réalité était tout autre. Je ne ne baignais toujours pas dans ce bonheur promis à moi même.

A 24 ans, j’ai donc quitté mes groupes, mes élèves et vendu tous mes instruments pour partir à l’autre bout du monde. J’ai voyagé pendant près de 4 ans en Asie, Australie et en Europe à la recherche du bonheur. C’est ainsi que j’ai découvert la voie de la paix intérieure, avec la méditation et le yoga.

Test de bols chantants... chaque bol est unique

Test de bols chantants… chaque bol est unique

Après ça, je suis rentré auprès de ma famille en ramenant des bols chantants tibétains dans mes valises, dans le but d’offrir au plus grand nombre le fruit de mes recherches et de mes découvertes.

 

2. Parle-nous des bols chantants tibétains. D’où viennent-ils, quelle est l’origine de cette pratique ?

Les bols chantants sont originaires des pays autour de l’Himalaya, même si leurs origines et leurs utilisations ancestrales restent assez vagues. Il y a peu de documentation à ce sujet et les avis divergent quelque peu. Ce qu’on sait, c’est qu’ils connaissent un essor fulgurant depuis la deuxième moitié du 20ème siècle, lorsqu’une poignée d’occidentaux a ramené des bols de ses voyages pour étudier et utiliser leurs propriétés sonores, relaxantes et méditatives.

Les bols chantants de Guillaume

Les bols chantants de Guillaume

Il s’agit en effet d’outils d’une puissance incroyable pour permettre le lâcher prise, la relaxation et l’exploration d’états de conscience modifiée.

Séance collective de relaxation sonore avec Guillaume Gonin

Séance collective de relaxation sonore avec Guillaume Gonin

Ils permettent également au corps et au mental d’être suffisamment relâchés pour permettre aux différents processus d’auto-régénération de s’exprimer et de prendre place.

Le mieux, c’est encore de venir tester lors d’une prochaine séance collective de relaxation sonore.

3. Quel est le voyage qui t’a le plus marqué et pourquoi ?

Mon voyage en Australie à été le plus marquant. J’y ai passé 2 ans et j’y ai fait de nombreuses rencontres qui m’ont nourri profondément.

Australie du sud ouest : faire trempette dans les vagues

Australie du sud ouest : faire trempette dans les vagues

L’Australie donne réellement une sensation d’immensité. Ses déserts, ses plages longues de 150 km sans personne dessus, ses espaces vides et ses paysages extra-ordinaires m’ont permis d’explorer une liberté intérieure et extérieure totale, dans une nature très sauvage.

Australie de l'ouest : perdu au milieu de nulle part

Australie de l’ouest : perdu au milieu de nulle part

Il m’est arrivé d’être au milieu de l’Australie Occidentale avec presque personne à 500 km à la ronde. En comparaison, cela serait comme d’être à Limoges, en sachant que la France entière serait vide d’humains. Troublant et excitant à la fois.

Galère au milieux du désert on the great central road

Galère au milieux du désert on the great central road

4. Tu as aussi effectué un périple à vélo de 6 mois à travers l’Europe. Raconte-nous !

Un mois après être revenu d’Australie, j’ai décidé de partir dans une nouvelle aventure. Le voyage à vélo n’était pas inconnu pour moi, j’étais déjà parti un mois sur les routes de France.

L’idée était simple, partir vers la Suisse pour aller dans un centre de méditation. Challenge supplémentaire : camping sauvage obligatoire ou nuit chez l’habitant en fonction des rencontres.

Nous avons donc traversé la France, mon ancienne compagne et moi, pour nous retrouver en Suisse, dans un merveilleux centre en haut du mont Soleil. Après 40 jours passés dans ce centre, nous avons traversé l’Allemagne pendant un mois pour rejoindre la Belgique et passer un autre mois dans un autre centre de méditation.

L’Angleterre à vélo, à la rencontre des arbres centenaires

L’Angleterre à vélo, à la rencontre des arbres centenaires

Ensuite, après avoir traversé la Belgique, les Pays-Bas et l’Angleterre nous sommes restés un mois dans un troisième centre de méditation pour finalement rentrer en France en novembre, lorsque les températures descendaient en dessous de zéro degré.

Ce voyage a été l’occasion pour nous d’explorer nos limites physiques, à travers l’effort du vélo, mais aussi nos limites psychiques, en passant toutes ces heures à méditer. Une plongée complète vers la connaissance de soi.

5. Une rencontre inoubliable qui a tout changé pour toi ?

Tellement de rencontres ont été inoubliables. J’ai été très surpris par la générosité et l’accueil des gens. Le voyage, d’une manière générale, est toujours propice aux belles rencontres.

Yoga aux portes de l’Himalaya auprès de Yogi Sivadas

Yoga aux portes de l’Himalaya auprès de Yogi Sivadas

La plus inoubliable de toutes reste certainement la rencontre avec moi-même.

En passant toutes ces heures à méditer, à m’ouvrir, à me tester, à me découvrir et à rompre mes schémas de pensée, j’ai vraiment eu l’occasion de me rencontrer, d’entrer en contact avec mon fort intérieur, mon égo, mon mental, mes qualités et mes défauts.

Rencontres hautes en couleurs en Inde à l'occasion de Happy Holi

Rencontres hautes en couleurs en Inde à l’occasion de Happy Holi

Cela m’a permis d’accepter ma part de lumière, mais aussi ma part d’ombre. J’ai appris beaucoup plus sur moi pendant ces quelques années que pendant le reste de ma vie passée.

6. Ta plus mauvaise expérience en voyage ?

Voyager c’est aussi sortir régulièrement de notre zone de confort. Il est donc possible de voyager dans notre ville en osant pousser de nouvelles portes encore inconnues jusqu’alors. Sortir de sa zone de confort, c’est également prendre un risque, qu’il faut savoir mesurer et accepter.

Des expériences difficiles ou désagréables, il y en a eu plein, mais jamais dramatiques pour ma part. J’ai toujours beaucoup appris de celles ci d’ailleurs. Toute expérience est bonne à prendre et avec le recul, je n’ai aucun regret. Il n’y a pas une décision que je souhaite changer, même si les conséquences ont parfois été désagréables.

Australie 4x4 embourbé à Cap York

Faire prendre un bain à sa voiture quand on est seul au milieu du cap York : Guillaume aime les défis !

L’une des plus difficiles était en Thaïlande, le premier pays que j’ai visité. Arrivé sans mon traitement de fond pour une maladie auto immune, je me suis retrouvé à voyager en scooter avec des douleurs terribles. A tel point que j’ai du rester allongé dans ma chambre pendant plusieurs jours. Je savais que je n’aurai pas accès à ce traitement pendant deux mois. Un grand sentiment d’impuissance, dans un pays que je ne connaissais pas, avec un système médical bien différent du notre. Une grande leçon de lâcher prise également.

7. Quelles sont tes sources d’inspiration au quotidien ?

J’observe beaucoup les gens qui m’entourent. Je puise beaucoup de mon inspiration chez les personnes qui possèdent des capacités que je n’ai pas encore développés. Cela me permet de me dépasser, de continuer d’évoluer.

D’un grand sage reconnu à une mère de famille en passant par un enfant, les yeux de tous peuvent être le miroir de nos besoins ainsi qu’une grande source d’inspiration.

8. As-tu des projets de voyage à venir ?

Je reviens tout juste du Népal où je suis aller chercher plein de merveilleux bols.

Les bols chantants au plus près de la source au Népal

Les bols chantants au plus près de la source au Népal

Apprenti forgeron de bols chantants au Népal

Apprenti forgeron de bols chantants au Népal

Je n’ai pas d’autres projets de voyage pour le moment. Après avoir passé autant de temps en itinérance, je ressens le besoin de me créer un cocon dans lequel je peux appliquer le fruit des expériences de mes voyages.

9. Quel est ton rêve le plus fou ?

J’aimerais voir les enfants apprendre à méditer au quotidien et à se connaître réellement, comme on leur apprend les mathématiques ou l’histoire. De voir l’humanité se découvrir et s’accomplir.

10. Pour finir, quels conseils donnerais-tu aux voyageurs en quête de spiritualité ?

De rester éloignés des dogmes des différentes religions. Les textes peuvent être très inspirants, mais de ma compréhension, la pratique est ce qui prime.

Et un conseil que j’essaie d’appliquer, non sans difficulté : de rester tolérant. Il y a tellement de moyens d’accéder à la spiritualité. La voie qui nous correspond le plus ne l’est pas nécessairement pour les autres.

Bain de gong

Bain de gong


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.