En ce mois d’octobre, je vous raconte mon Pékin express. Ou comment, lors d’une escale de 3 jours à Beijing, j’ai eu la chance de découvrir les sites incontournables de la capitale chinoise.

Une de mes amies hôtesse de l’air m’a proposé de l’accompagner sur une rotation Paris-Pékin. Ceux qui me connaissent, savent que je ne refuse jamais de telles opportunités. N’ayant jamais mis les pieds en Chine et toujours partante pour ce genre de voyage improvisé, j’ai donc accepté volontiers ce Pékin express !

depart-pekin-blog-bar-a-voyages

En route pour Pékin !

A bord d’un Boeing 777, mon premier contact avec la Chine est le survol de la Grande Muraille au milieu des montagnes. C’est vu du ciel qu’on réalise la démesure de cet ouvrage considérable dont je vous parle un peu plus bas dans cet article.

muraille-vue-du-ciel-blog-bar-a-voyages

En regardant bien, on distingue un serpent sur la crête des montagnes : la Grande Muraille

Après un vol de nuit, l’arrivée se fait dans l’après-midi (heure locale). En ce mois d’octobre, il fait très chaud dans l’aéroport de Beijing. La file d’attente est longue pour passer le contrôle d’immigration mais tout s’opère sans problème. Puis ce sont les embouteillages pour rejoindre le centre ville et surtout la pollution qui surprennent. Ici, le ciel est gris et le plafond bas avec un brouillard quasi permanent. Bienvenue à Pékin !

Quels sites visiter en 3 jours ?

Découvrir la Cité Interdite

Situé en plein centre de Pékin, en face de la place Tiananmen, ce site ultra touristique reste un incontournable. Mais il faut s’armer de patience pour y accéder, entre les contrôles de sécurité où les Chinois vous bousculent, la file d’attente pour acheter les tickets (60 yuans) et la foule pour voir les différents temples de la cité.

cite-interdite-blog-bar-a-voyages

L’entrée de la Cité Interdite

lI y a peu d’occidentaux mais un nombre incalculable de Chinois (au moins c’est pratique pour reconnaitre nos crinières blondes au milieu des gens). Et c’est dans ces moments là que la chanson de Jacques Dutronc « Et moi et moi et moi » vous résonne dans la tête.

panoramique-cite-interdite-blog-bar-a-voyages

Une partie des temples et palais de la cité

La Cité Interdite, c’est très beau mais il faut savoir jouer des coudes pour apercevoir les intérieurs des temples. Les Chinois sont plutôt du genre mal élevés et vous poussent sans hésiter. La foule est plutôt oppressante et fatigante mais mon amie m’affirme qu’elle a déjà visité le site avec beaucoup moins de monde… Aujourd’hui est peut-être un jour particulier.

details-cite-interdite-blog-bar-a-voyages

Détails architecturaux de la Cité Interdite

Nous décidons pour quelques yuans de plus de prendre un audio-guide, sorte de carte magnétique avec un plan lumineux du site et une oreillette qui se déclenche automatiquement dès que l’on passe devant un point d’intérêt. Malheureusement l’audio-guide ne fonctionne pas toujours très bien.

palais-cite-interdite-blog-bar-a-voyages

L’un des nombreux palais de la cité

Mais qu’importe, cet endroit est grandiose avec une enfilade de temples et palais aux noms évocateurs : pavillon de l’harmonie parfaite, palais de la pureté céleste, pavillon de l’harmonie suprême, pavillon des prouesses militaires…

trone-cite-interdite-blog-bar-a-voyages

L’un des trônes de l’empereur, ici dans le Palais de la Suprême Harmonie

Bâtis entre 1406 et 1420 par des millions d’ouvriers, ils ont abrité empereurs, servants, concubines et eunuques jusqu’en 1924. C’est l’un des plus anciens sites et l’un des mieux conservés de Chine mais il faut beaucoup de temps pour le visiter puisqu’il s’étend sur 72 ha.

interieur-cite-interdite-blog-bar-a-voyages

La légende raconte qu’il a 9999 pièces dans la Cité Interdite

C’est une vraie ville dans la ville, qui était interdite d’accès au peuple (d’où son nom) et dont les 24 empereurs qui s’y sont succédés, franchissaient rarement les enceintes. La cité est entourée de remparts et de douves et son musée comporte plus d’un million d’oeuvres. Elle est inscrite au patrimoine mondiale de l’UNESCO depuis 1987.

douves-cite-interdite-blog-bar-a-voyages

Les douves et les enceintes de la Cité Interdite

La visite s’achève par les jardins de 50 ha que l’on découvre en fin de parcours, un lieu magique avec des arbres plus que centenaires, des bassins à poissons, un rocher où se dessinent des visages… Des jardins enchanteurs, emprunts de mystère, où j’aurais aimé passer plus de temps. Mais quand on fait un Pékin express, il reste peu de temps pour la contemplation.

bassin-jardin-cite-interdite-blog-bar-a-voyages

L’un des bassins du jardin impérial

Fouler la Grande Muraille

C’était un rêve depuis longtemps que j’ai eu la chance de réaliser grâce à ce voyage.

En passant par la conciergerie de l’hôtel, nous avons organisé un voyage en mini bus privé pour 10 personnes (cela nous a coûté 176 yuans par personne).

Depuis le centre de Pékin, il existe 3 accès principaux à la Grande Muraille : Badaling est le plus proche mais aussi le plus touristique, Simatai est plutôt réservé aux personnes qui souhaitent faire de la randonnée et Mutianyu dispose d’un téléphérique pour accéder en haut de la muraille.

Le départ s’effectue à 7h de l’hôtel. Après quelques embouteillages habituels et 1h40 de route, nous arrivons sur le site de Mutianyu (situé dans le district de Huairou, à 70 km du centre de Pékin).

claire-pancarte-muraille-blog-bar-a-voyages

Me voilà arrivée sur la Grande Muraille !

D’après les archives, cette partie de la Grande Muraille a été bâtie par le Général Xuda qui était au service de l’Empereur Zhu Yuanzhang au début de la dynastie Ming. Aujourd’hui c’est l’une des sections du mur les mieux conservées qui offre également des caractéristiques particulières par rapport à d’autres parties de la muraille. En effet, elle dispose de tours de guet, de miradors et de créneaux extérieurs mais aussi intérieurs qui permettaient une meilleure résistance face aux ennemis.

muraille-blog-bar-a-voyages

La Grande Muraille s’étire sur 6 700 km

Les billets d’entrée s’achètent sur place avec plusieurs options selon que l’on veut aller à pied ou monter en téléphérique et redescendre en luge à roulettes (attention par jour de pluie, la piste métallique de luge n’est pas praticable). Entre le décalage horaire, le temps qui nous est compté et une nuit d’à peine 5h, nous optons pour la formule complète à 215 yuans incluant l’accès au site (55 yuans), la montée en téléphérique (80 yuans) et la descente en luge (80 yuans). L’expérience s’annonce extraordinaire.

billets-muraille-blog-bar-a-voyages

En route pour la visite de la Grande Muraille !

Il faut marcher un petit peu pour accéder au téléphérique qui nous hisse jusqu’en haut. Cela se fait en quelques minutes et permet un joli panorama sur la muraille entourée de forêts. Puis je découvre ce site sublime dans les montagnes embrumées. C’est un lieu tellement mythique que j’ai l’impression de rêver !

escaliers-muraille-blog-bar-a-voyages

Se balader sur la Grande Muraille, çà fait les cuisses !

Se balader sur la muraille n’est pas de tout repos car il y a de nombreux escaliers à monter ou à descendre et la taille des marches est variable. Et puis, en fonction de l’afflux touristique, il faut parfois attendre son tour pour les emprunter ou circuler dans les tours. Mais quel spectacle grandiose et inoubliable !

claire-muraille-blog-bar-a-voyages

Un de mes rêves réalisé… fouler la Grande Muraille de Chine !

La Grande Muraille est aussi classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il aurait été difficile de faire autrement pour cette construction qui est la plus longue jamais réalisée par l’homme.

vertiges-muraille-blog-bar-a-voyages

Se balader sur la Grande Muraille peut parfois être vertigineux

Plus de 6 700 km s’étendent du nord de la Chine jusqu’au désert de Gobi avec des sections qui se sont écroulées ou ont été recouvertes. Pourtant ce rempart haut de 6 à 8 mètres a bien résisté au temps. Son secret ? une construction faite de pierres de granit et de briques d’argile celées par du mortier composé en partie de riz gluant !

consignes-luge-muraille-blog-bar-a-voyages

Quelques consignes pour « conduire » sa luge

Pour redescendre de la muraille, on embarque sur nos luges à roulettes pour un moment de glissade super fun que j’ai eu l’occasion de filmer. Cela contraste avec l’authenticité des lieux mais y ajoute une part de surréalisme !

Visiter le Palais d’Eté

Ce palais est situé à 1h20 de la Grande Muraille (Mutianyu) et à 1h de notre hôtel (Xicheng District), mais est aussi relié au centre ville par la ligne 4 du métro.

J’ai été impressionnée par la beauté des lieux mais aussi par le nombre de touristes. Je ne parle pas forcément de touristes étrangers mais des milliers de Chinois, individuels ou en groupe (dont beaucoup de scolaires), comme lors de la visite de la Cité Interdite.

dragon-palais-ete-blog-bar-a-voyages

Qilin, animal mythologique mi-cerf mi-dragon garde l’une des portes du palais

Il faut compter 30 yuans pour accéder au site. Pour monter au sommet du palais, il faut à nouveau débourser 10 yuans. Le Palais d’Eté est ouvert de 6h30 à 18h et la haute saison va du 1er avril au 31 octobre.

palais-ete-blog-bar-a-voyages

L’architecture aux mille couleurs du Palais d’été

Ce palais était un lieu de retraite pour l’empereur qui fuyait la chaleur oppressante de Beijing en profitant d’un cadre verdoyant, entouré du lac Kunming et de collines.

palais-ete-pekin-blog-bar-a-voyages

Le palais et son lac s’étendent sur 2,9 km2

L’histoire de ce site est tumultueuse avec un enchaînement de pillages et d’incendies, mais il reste d’une beauté incroyable où règne une atmosphère artistique et zen. Le site a été tardivement classé sur la liste du patrimoine UNESCO.

plafonds-palais-ete-blog-bar-a-voyages

Les magnifiques poutres et plafonds peints des couloirs, temples et pagodes du palais

Malheureusement le temps était brumeux et pollué le jour de ma visite mais c’est un lieu incontournable où il fait bon se balader. Ce que j’ai particulièrement aimé, ce sont les plafonds peints de mille couleurs. En plus le décor naturel est magnifique.

pont-palais-ete-blog-bar-a-voyages

Dommage, les nénuphars n’étaient pas fleuris lors de ma visite

Il est possible de faire du pédalo ou un tour en bateau sur le lac parsemé de jolis nénuphars géants. Nous n’avions pas le temps mais j’imagine que cela doit être super agréable à faire et de pique-niquer sur le bateau qui est équipé de tables et bancs exprès.

lac-palais-ete-blog-bar-a-voyages

Ombres chinoises sur le lac Kunming

Faire du shopping et se restaurer

Shopping, souvenirs… et contrefaçons

Bienvenue au Hongqiao Market, également appelé Pearl Market. Ici pas de regret à acheter du « made in China » 😉

Distribué sur plusieurs étages, chacun d’entre eux est consacré à un type de produits : hi-tech, maroquinerie, jouets, vêtements et chaussures, bijoux, souvenirs et objets traditionnels chinois… C’est également le royaume de la contrefaçon !

Il est ouvert de 8h30 à 19h. La majorité des vendeurs parlent anglais et il faut absolument négocier tous vos achats, même si le vendeur vous annonce dès le départ que les prix sont fermes. En général vous pourrez diviser par 10 le prix de départ (ou au moins par 5 pour tout ce qui est électronique), mais il faudra bien argumenter votre négociation. Dans tous les cas gardez le sourire, soyez respectueux et polis pour que votre négociation aboutisse.

Pour les bijoux, direction chez Lily au 3ème étage (stand n°74). Les vendeuses peuvent vous fabriquer sur place des petits bracelets en perles avec breloques (compter 5-7 yuans le bracelet). L’échoppe vend tout type de bijoux, dont bien évidemment des design très inspirés de grands joailliers. A titre d’exemple, pour une parure bague/boucle d’oreilles, il faut compter 60 yuans.

Deux étages sont consacrés aux perles de culture, provenant de rivières chinoises. Comptez environ 30-50 yuans pour un rang de perles.

Sur place, vous pouvez acheter des écharpes, étoles et foulards à des prix intéressants. Comptez 20-25 yuans l’écharpe en coton (et jusqu’à 50 yuans pour une qualité supérieure), 120 yuans l’écharpe en cashmere.

Pour la maroquinerie, je vous conseille Magie & Coco shop (stand n°139, situé au 2nd étage). Pour les chaussures, rendez-vous chez Mary (stand n°214, situé au 2nd étage). Ici les marques sont contrefaites : baskets Nike à 70 yuans, bottes Ugg à 150 yuans, Converse à 50 yuans… Le choix est impressionnant et les vendeurs ne se cachent absolument pas de vendre de la contrefaçon. Mais gare au passage aux douanes à votre retour en France !

Comment se rendre au Hongqiao Market ?

Il est situé à proximité du Temple du Ciel. Empruntez la ligne 5 du métro, le marché se trouve à 5 minutes à pied de la station Tiantan Dongmen (prenez la sortie A de la station). Adresse : 46 Tiantan Donglu, Dongcheng district.

Où se restaurer ?

Quand on fait un Pékin express, on n’a pas beaucoup de repas à prendre sur place et en général on mange sur le pouce. Toutefois, j’ai une adresse coup de coeur à vous recommander. C’est à  Sanlitun, quartier résidentiel et des ambassades, que j’ai découvert un superbe restaurant à la fois convivial et branché. Le In&Out, prisé des locaux et des étrangers expatriés.

sanlitun-blog-bar-a-voyages

Quartier de Sanlitun

Il ne s’agit pas de cuisine pékinoise mais celle de la province du Yunnan, située dans le sud ouest du pays. Le personnel est d’ailleurs vêtu des costumes traditionnels et colorés de cette province. L’ambiance et le décor sont très sympas, loin des chinoiseries rouges et dorées que l’on voit habituellement.

deco-resto-blog-bar-a-voyages

Déco épurée pour le In and Out

Quant au menu, c’est un vrai livre à parcourir avec des photos artistiques de plats bigarrés. C’est juste magnifique et on a envie de tout goûter !

menu-resto-inandout-blog-bar-a-voyages

Le menu : un livre en papier glacé qui donne envie de tout goûter

D’ailleurs, c’est un peu ce qu’on a fait, en commandant différents plats que nous avons partagés : roulés de viande à la menthe et sauce pimentée/coriandre, fromage de chèvre, tofu, omelette aux fleurs de jasmin et jus de fruits délicieux.

plats-inandout-pekin-blog-bar-a-voyages

Miam ! c’est l’heure de la dégustation !

Malheureusement nous n’avons pas pu tester les desserts (pourtant on bavait sur la carte !) car le service n’est plus assuré après 22h. Pour 3 personnes, nous avons payé 300 yuans en tout, ce qui est très raisonnable au regard de la qualité et de l’originalité des plats.

Comment se rendre chez In&Out ?

Le restaurant se situe à l’est de la ville, 1 Sanlitun Beixiaojie (métro ligne 10, arrêt : Agricultural Exhibition Center). Réservation au 010  8454 0086. Sinon le plus simple et de montrer le plan à votre chauffeur de taxi qui vous y conduira.

Infos pratiques

Comment obtenir un visa pour la Chine ?

Pour ce Pékin express de 3 jours, un visa tourisme « L » est obligatoire, sauf si vous arrivez d’un pays et repartez dans un pays différent du pays d’origine. De plus, il faut se rendre en personne à l’Ambassade à Paris pour effectuer les démarches, ce qui engendre des frais supplémentaires. Le coût du visa étant déjà très important (126 €), j’ai décidé de faire appel à Actions Visa. Même s’il y a des frais de service (33 €) et d’expédition, ils sont moindres par rapport à ce que représentent deux déplacements à Paris pour déposer sa demander et venir rechercher son passeport avec le visa quelques jours après.

Il faut compter une semaine pour le traitement du dossier une fois reçu par Actions Visa et quelques jours pour l’envoi (selon quelle option vous choisissez). Pensez à vérifier les dates des jours fériés chinois car l’Ambassade sera fermée et cela pourrait occasionner un retard dans votre démarche d’obtention. C’est la première fois que je faisais appel à une société de ce type et je dois dire que j’ai été très satisfaite de la réactivité et de la qualité du service. Je les recommande bien volontiers !

passeport-copyright-pixabay

©Pixabay

Pour entrer sur le territoire chinois, il faut montrer patte blanche, même pour quelques jours. Ainsi il faut pouvoir justifier de fonds financiers en fournissant ses bulletins de salaire, d’un billet d’avion aller/retour, d’un hébergement sur place, d’une couverture assistance/santé. Etant donné que je voyageais en tant qu’accompagnante de personnel navigant, je n’avais pas d’hébergement réservé à mon nom puisque je partageais la chambre d’hôtel avec mon amie, au nom de sa compagnie. Pour pouvoir obtenir mon visa, j’ai trouvé une astuce en réservant une auberge de jeunesse pour quelques euros la nuit que j’ai annulée gratuitement en arrivant sur place. Pour l’assurance, j’ai utilisé celle qui est en général fournie lorsque vous régler votre voyage avec votre carte bancaire (il suffit de demander une attestation à votre banque).

Dans l’avion, une « carte d’arrivée » vous est remise et doit être complétée, comme c’est le cas dans la majorité des pays.  Cette carte doit être donnée avec votre passeport lors du contrôle d’immigration de l’aéroport.

Comment payer en Chine ?

Le plus simple est de régler en liquide. Mais inutile de faire du change avant votre départ car les frais sont exorbitants. A titre d’exemple, le bureau de change de l’aéroport de Bordeaux me prenait 44 euros de frais pour échanger 180 euros !

Il vaut mieux retirer dans les distributeurs automatiques une fois arrivé sur place. Par contre, bien penser à re-compter sa monnaie.

yuans-chine-copyright-pixabay

©Pixabay

Dans les enseignes internationales, les cartes bancaires Visa/Mastercard fonctionnent très bien mais vérifiez avant votre départ les frais que va vous prendre votre banque.

A quoi s’attendre aux toilettes ?

Voici une petite info incongrue au milieu de cet article mais qui pourra vous être utile de savoir. Mise à part dans les grands hôtels et plus rarement dans certaines enseignes occidentales, tous les WC sont des toilettes « à la turque ». Ne soyez donc pas surpris. Les Japonais les nomment d’ailleurs « toilettes à la chinoise » mais en Asie ce type de toilettes est très répandu.

wc-pekin-blog-bar-a-voyages

Au moins, vous êtes prévenus !

Comment se déplacer à Pékin ?

  • L’expérience du taxi, même si elle est déroutante, est à tester ! En effet, les chauffeurs de taxi ne parlent pas anglais, donc il est difficile de se faire comprendre. Mais jusque là rien de bien grave. Le plus embêtant et qu’ils vous déposent où bon leur semble et pas forcément à destination. Et puis les Chinois crachant partout, vous expérimenterez le lancer de crachat par la fenêtre… Un seul conseil, ne roulez pas avec la vitre passager ouverte si vous êtes installé derrière le chauffeur ! Pour héler un taxi ce n’est pas simple, car même les véhicules vides ne s’arrêtent pas (à croire qu’ils n’ont pas envie de s’embêter avec les étrangers). Il faut donc être patient, obstiné et surtout négocier le prix de la course avant de monter. En quittant le taxi, vérifiez votre monnaie car les Chinois essayent toujours de grappiller sur la monnaie rendue.
tuktuk-pekin-blog-bar-a-voyages

Notre tuk-tuk qui a slalomé, remonté les avenues à contre sens avant de nous déposer sur une bretelle d’accès en nous disant qu’il était perdu !

  • Un déplacement en tuk-tuk est aussi à essayer si vous n’avez pas peur de prendre les voies de circulation à contre sens… Même les grandes artères ! Encore une fois, négociez le prix de la course et montrez sur une carte votre lieu de destination ou l’adresse écrite en chinois sinon vous n’arriverez jamais à bon port.
metro-pekin-blog-bar-a-voyages

Le métro de Beijing compte 17 lignes et plus de 330 stations

  • Emprunter le métro est assez facile si on dispose d’un plan et ne coûte pas cher (nous avons par exemple payé 3 yuans de notre hôtel pour aller à la Cité Interdite, située à 3 stations). Le métro est climatisé et on repère les stations facilement car c’est écrit en chinois mais aussi en anglais. J’ai pris le métro toute seule un soir et n’ai absolument pas ressenti de sentiment d’insécurité.
scooter-pekin-blog-bar-a-voyages

Le scooter version « familiale »

  • Si vous vous baladez à pied en ville, surtout faites très attention si vous marchez sur la route ou devez traverser. Les Chinois roulent à vélo ou en scooter électrique que l’on n’entend absolument pas arriver et ils zigzaguent pas mal. De plus, les véhicules, quels qu’ils soient, ne respectent pas les piétons alors méfiance. Ici, tout ce qui roule ni ne s’arrête, ni ne ralentit.

Malgré la pollution, le rythme trépident et le manque de sourire des Chinois, j’ai adoré découvrir la capitale chinoise, même en version express !

chinois-pekin-blog-bar-a-voyages

Quelques visages croisés au cours de ce Pékin express

Vous souhaitez découvrir une autre capitale d’Asie ? Lisez aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.