Petite commune au sud de la Charente, Touvérac n’a à première vue rien pour la distinguer des autres villages alentours. Pourtant, sa pinède abrite des étangs couleur émeraude autour desquels il fait bon se balader. Mais en y regardant de plus près, ce petit coin de paradis pourrait vite se transformer en enfer.

L’histoire du site de Touvérac

Au siècle dernier, le site était exploité pour son argile d’une grande pureté minéralogique. C’est ici que furent creusées des carrières pour en extraire du kaolin, cette argile blanche et friable, employée principalement dans l’industrie de la porcelaine et de la céramique. Cette matière est aussi utilisée dans la peinture pour la pigmenter, mais également en médecine, en cosmétique et même pour concevoir du papier.

Touvérac blog Bar a Voyages

En sortant des sous-bois, arrivée dans la pinède et première vue sur l’un des étangs

Suite à leur abandon, les quatre cavités profondes de 30 à 50 mètres, se sont remplies d’eau de pluie donnant naissance à des étangs. Chaque étang a sa propre couleur allant du vert d’eau au bleu turquoise, en passant par le vert émeraude… De quoi offrir une belle déclinaison sur la palette d’un peintre. Ces couleurs surprenantes s’expliquent par la présence de silice et le fait que le sol soit pauvre en éléments nutritifs. La vie ne s’y est donc pas développée et les eaux sont restées transparentes.

Touvérac blog Bar a Voyages

L’étang de la Charbonnière et sa couleur vert d’eau

Depuis 1996, le site de Touvérac est protégé et géré par le Conservatoire Régional d’Espaces Naturels (CREN). Il recèle une grande variété de faune et de flore remarquables. Je ne sais pas si le site abrite aussi des Pokémons, mais pour les adeptes de géocaching, il renferme une « géocache ».

Accès au site et parcours de randonnée

Le site de Touvérac a des allures de bout du monde, pourtant il est très simple et facile d’accès. En quittant la N10 direction Bordeaux, il suffit d’emprunter la D131 et de parcourir un seul petit kilomètre. On tombe direct sur le petit parking, point de départ des deux circuits de randonnée (latitude : 45.3784676 – longitude : -0.1894712).

Touvérac blog Bar a Voyages

Ce magnifique étang fait entre 30 à 50 m de profondeur

Ces sentiers d’interprétation bien balisés sont accessibles aux enfants. Une paire de baskets suffit et il est recommandé d’apporter des jumelles pour pouvoir observer la faune. Au programme : oiseau migrateur (engoulevents), fauvettes, canards, tortues d’eau, grenouilles, papillons et libellules colorés…

Touvérac blog Bar a Voyages

Le sentier passe dans de belles rangées de roseaux

En parcourant les sentiers, on passe tour à tour par des sous-bois (avec escaliers en rondins de bois et petit pont), une pinède odorante bordée d’ajoncs et de bruyères, des allées de roseaux et des ravines blanches. Il faut compter 1h30-2h pour effectuer le premier parcours (« sentier du renard ») qui permet d’approcher trois étangs. Le second parcours, qui fait le tour de l’étang dit de la Charbonnière, se fait en 45 minutes environ.

Touvérac blog Bar a Voyages

Seul au monde !

L’enfer au paradis

Si le site de Touvérac est un vrai paradis pour les amateurs de belles balades à pied, il a aussi un petit côté « infernal »… Au sens littéraire du terme.

Il y a d’abord le fait d’être très proche de la route nationale. On entend en continu les voitures et les camions, dont le bruit couvre parfois le chant des petits oiseaux. Ce qui est un peu dommage vu la beauté du site.

Et puis, si vous ne respectez pas le stationnement sur le parking et préférez les bas-côtés ombragés du bord de route, ne vous étonnez pas de vous retrouver avec un papillon (une autre espèce cette fois !) sur votre pare-brise.

Autre déconvenue, ce sont les déchets abandonnés par les randonneurs. Même si le site est régulièrement nettoyé et bien que les poubelles débordent sur le parking, ce n’est pas une raison pour polluer la nature. Surtout qu’un seul mégot jeté pourrait embraser immédiatement la pinède et sa végétation aride.

Touvérac blog Bar a Voyages

La tentation de se baigner est grande !

Enfin, et c’est certainement le côté le plus frustrant de cette balade, on ne peut pas se baigner dans les étangs. Et lorsqu’on effectue cette randonnée par plus de 30 degrés comme je l’ai fait, on a juste envie de piquer une tête pour se rafraîchir dans ces eaux cristallines. Les contrôles de police sont fréquents, et l’amende salée, ce qui n’empêche pas quelques touristes rebelles de braver l’interdiction.

Touvérac blog Bar a Voyages

Eau translucide pour cet étang aux couleurs des îles des Caraïbes

En conclusion, les carrières de Touvérac valent le détour pour leur côté insolite et la beauté des lieux. Mieux vaut peut-être y aller au printemps ou à l’automne, quand les couleurs de la végétation sont encore plus belles et qu’on n’est pas tenté de s’y baigner.

Vous souhaitez préparer votre visite ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  1. Avatar

    Donc les eaux sont stériles mais interdites à la baignade (??? histoire de déranger une faune qui n’y est pas, alors que les étangs vivants du coin (saint jean d’angély, moulin blanc, et l’autre « lagon » du coin ou on autorise le jet ski à quelques kilomètres) , par contre la nature alentour a été classée mais on y encourage le tourisme et la rando avec des parcours aménagés. Logique !

    Aménager ces lagons stériles en aires de baignades paradisiaque et en profiter pour monétiser un mimimum le parkings (voir un point chaud / froid pour les touristes ET protéger mieux les alentours en encadrant plus étroitement la rando aurait été plus rationnel non ?

    Conséquence connue des gens du coin : des déchets partout, une zone de rave party sauvage en mi-saison et des baigneurs pas forcément éco-friendly quand même quand les flics n’y sont pas, et il suffit de regarder dans google earth la tronche des sentiers pour constater l’impact du piétinement.

    écologiquement et économiquement ce paradis qui est un atout tombé du ciel pour Touvérac est effectivement un enfer .

    • Claire

      Merci pour ce point de vue. Effectivement il y a des améliorations à faire. C’est réellement dommage qu’on ne puisse s’y baigner, je pense que c’est plus une question de sécurité que de préservation de la faune, mais information à confirmer. En attendant, la balade est quand même sympa et nous transporte dans un paysage différent de ce qu’on voit d’habitude dans ce coin.

    • Claire

      Merci Christophe 🙂 La couleur de l’eau l’est encore plus… et parfois on n’arrive pas à restituer la réalité en photos, mais çà donne déjà un bon aperçu 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.